PLAGE, SOLEIL ET MÉDUSES

Le pays est surtout connu pour ses plages de rêves, parmi les plus belles du monde. C’est le moment d’aller vérifier ça en personne sur l’île de Palawan.

Port Barton

Mardi 21 Janvier: départ pour l’île de Palawan. J’ai un vol à huit heures du matin, je met le réveil à quatre heures. La reprise du voyage se poursuit sur un gros rythme. Je croise Guillaume et Marion qui s’envolent eux pour Cebu. Le vol se passe sans encombre. Ma valise sort la première sur le tapis de l’aéroport. C’est ce genre de chose qui font les petites victoires du quotidien. Je prends un tuk tuk pour rejoindre la gare routière qui ressemble d’ailleurs plus à un hangar qu’autre chose. Un minivan passe nous prendre pour nous emmener à Port Barton. Le véhicule peut contenir neuf personnes, nous sommes quatorze. S’ensuit trois longues heures, à lutter contre la chaleur, à essayer de trouver une position qui permette d’étendre un peu mes jambes. Bref les joies des déplacements. Port Barton est un petit village sur la cote. La tourisme de masse n’a pas encore ravagé l’endroit même si ça ne devrait tarder vu le nombre de bâtiments en construction. Le village se compose de quelques rues en damiers et c’est à peu près tout.

Mercredi 22 Janvier: Je réserve un tour en bateau pour la journée. Voguer sur un bateau traditionnel philippins pour se balader d’île en île, le programme est alléchant. Nous partons en direction d’un premier spot observer les fonds marins. Coup de chance, une tortue est en train de nager. Nous nous approchons doucement sans trop la coller pour ne pas l’effrayer. Nous repartons ensuite se poser sur une petite île. Le crew du bateau s’affaire pour nous faire à manger. Au menu: poissons grillés, viandes et légumes, un régal. Après une bonne sieste sur la plage, nous continuons notre ballade avec de nombreux arrêts pour faire du snorkling. Nous rentrons tranquillement le soir vers Port Barton.

El Nido

Je passerai les deux jours suivants à me reposer au bord de la plage, avancer sur le blog et lire énormément. Je pars ensuite pour El Nido, à la pointe nord de l’île de Palawan. Quatre heures de minibus, quand il n’y a personne dedans, c’est tout de suite plus agréable. J’arrive dans une ville qui sera surement ce que deviendra Port Barton dans quelques années. Une ville dévastée par le tourisme. Des constructions à outrance ne respectant aucune norme, des rabatteurs agressifs qui essayent tous de te vendre un tour. Bref pas l’endroit idéal. Mais de toute facon El nido on n’y vient pas pour visiter la ville, mais bien pour faire un tour en bateau pour visiter des îles paradisiaques, des plages de sable blanc et des beaux fonds marins. Je commence à faire la tournée des agences pour me renseigner sur les prix. Chaque agence pratique à peu près les même prix, le choix est difficile. Je reçois un whastsapp de Guillaume et Marion entre temps. Ils sont en route pour el Nido et souhaitent aussi réserver un tour pour le lendemain. En se renseignant ils ont découvert qu’on pouvait réserver un tour avec des petits bateaux à moteur qui accueillent moins de personnes et ont un moteur plus puissant. L’avantage c’est d’arriver avant tous le monde sur les différents spots. C’est bien évidemment plus cher mais nous n’avons pas l’occasion d’être tous les jours dans ce genre d’endroit. Nous choisissons cette option pour le lendemain.

Dimanche 26 Janvier: Nous arrivons à 8h 30 à l’agence. Nous sommes prêt pour une journée qui s’annonce exceptionnelle. Sauf que les autres touristes qui sont avec nous aujourd’hui ne sont pas encore là. Après plus d’une demi heure d’attente, nous sommes toujours les seuls. La responsable de l’agence nous indique que quelqu’un est parti les cherchés et les a trouvés encore en train de prendre le petit déjeuner. Bon on va tenter de rester calme de ne pas s’énerver. Nous partons finalement en même temps que les autres bateaux. Nous les distançons assez rapidement grâce à un moteur plus puissant.
Pour notre premier stop, nous louons un kayak trois places avec Marion et Guillaume pour aller découvrir un lagon peu profond. L’eau est limpide, une invitation à se baigner dedans pendant des heures. On repart ensuite pour aller découvrir des spots de snorkling. La cadre est paradisiaque.

L’heure de manger approchant, nous partons sur une île un peu plus au large. Au moment d’accéder à notre destination un bateau nous barre la route. Une émission de type koh lanta est en train d’être tourné sur l’île, nous ne pouvons pas nous approcher. Notre capitaine choisit un autre endroit. Une petite crique ou l’on ne peut accéder directement que par bateau à moteur. L’équipage nous prépare à manger pendant que nous profitons de l’endroit. Baignade, photos puis sieste à l’ombre. Après le repas, nous voguons vers un autre spot. Je me mets à l’eau, le ventre encore un peu lourd. Je commence à peine à nager quand je ressens une brûlure sur ma jambe gauche. J’inspecte ma jambe, tout semble normal. Je fais encore quelques mouvements lorsque je reçois plusieurs petites décharges électriques. Je prends le temps de regarder autour de moi. L’endroit est infesté de petites méduses, transparente donc difficile à voir. Je ne suis pas le seul à m’être fait piquer, tous le monde est en train de sortir de l’eau pour se réfugier sur la plage. J’atteins tant bien que mal le sable en me prenant au passage quelques décharges supplémentaires. Ma jambe me brûle, c’est loin d’être agréable. Nous remontons donc sur le bateau pour chercher un autre spot.
Une autre étape du circuit est une crique cachée ou l’on peut y accéder par la nage. Malheureusement on y arrivant, nous voyons déjà une bonne quinzaine de bateaux devant, il y a la queue pour entrer. Nous décidons donc à l’unanimité de passer cette étape. Nous partons donc vers une dernière plage profiter d’une bière bien méritée. Il est temps ensuite de rentrer sur El Nido après une journée fantastique dans cet archipel d’îles. La seule chose qui m’inquiète c’est que je commence à avoir mal à la gorge. C’est pas le moment de tomber malade car avec la crise du Coronavirus juste à coté en Chine, chaque personne qui tousse ou qui à de la fièvre devient suspecte et risque la quarantaine.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s